Le lojban pour les êtres humains

From Lojban
Jump to: navigation, search

Cette page reprend des leçons données sur le canal #ckule. Pour l'instant l'ordre n'est pas fixé. Il faudra certainement rajouter des leçons comme pré-requis avant le début effectif des cours. Il y a aussi beaucoup de travail de mise en forme à faire.

Reprise du 04/03/2014

Morphologie des catégories générales de mots

(voir la leçon 13 des leçons Wave pour plus de détails)

Pas grand chose à dire ici, le tableau résume bien la question.


caption
Classe Signification Défini par Fonction typique
Mots :
brivla Mot bridi Il y a un groupement de consonnes parmi les 5 premières lettres (sans compter les « ' ». Termine par une voyelle. Par défaut, agit comme un selbri. A toujours une structure de position.
--gismu Mot racine 5 lettres avec la forme CVCCV ou CCVCV Une à cinq position pour des sumti. Couvre les concepts de base.
--lujvo Mot composé. Dérivé de « lujvla » signifiant « mot complexe ». Au moins 6 lettres. Créé par l'enchainement de rafsi, avec des lettres de liaison si besoin. Couvre des concepts plus complexes que les gismu.
--fu'ivla Mot emprunté Comme brivla, mais sans respecter les critéres définis pour les gismu ou les lujvo, ex : angeli Couvre des concepts uniques comme des noms de lieus ou d'organismes.
cmevla Nom propre Commence et fini par une pause (point). Le dernier son/lettre est une consonne. Agit toujours comme un nom ou comme le contenu d'une citation.
cmavo Mot de grammaire. De « cmavla » signifiant « petit mot » Zéro ou une consonne, toujours au début. Termine par une voyelle. Fonctions grammaticales. Variées.
Morceaux de mots :
rafsi Affixe CCV, CVC' CV'V, -CVCCV, CVCCy- ou CCVCy- Pas de vrai mots, mais ils peuvent être combinés pour former des lujvo.

Test

1

ko cuxna lo valsi klesi

cmavo brivla cmevla
zo .aleks. mo
zo klama mo
zo mi mo
zo zo'e mo
zo ricfoi mo
zo .paris. mo
zo delfinu mo
zo go'i mo
zo viska mo
zo ui mo

2

zo jbobau cu lujvo gi'i fu'ivla

ri lujvo
ri fu'ivla
ri me la .obiuan.kenobis.

Reprise du 19/02/2014

FA et zo’e

(Voir La leçon 2 des leçons Wave pour plus de détails)

zo’e sert à remplir un emplacement de sumti sans spécifier ce qui le remplit. C’est l’équivalent de quelque chose, ou quoi que ce soit.

mi dunda zo’e la .ilmen. = « Je donne quelque chose à Ilmen »

Attention : ce n’est pas la même chose que :

mi dunda no da la .ilmen. = « Je donne rien à Ilmen »


fa/fe/fi/fo/fu sont des cmavo appartenant à la classe FA.

Ils servent à modifier l’ordre des sumti dans un bridi.

Par exemple si je veux dire que je donne quelque chose à Ilmen, mais sans utiliser zo’e :

mi dunda fi la .ilmen.

Le fi indique que le sumti qui suit est le x3 du selbri, ici de dunda.

fa indique que le sumti suivant est le x1 du selbri courant

fe indique que le sumti suivant est le x2 du selbri courant

fi indique que le sumti suivant est le x3 du selbri courant

fo indique que le sumti suivant est le x4 du selbri courant

fu indique que le sumti suivant est le x5 du selbri courant

Remarquez la séquence a - e - i - o - u, on la retrouvera.

On n'est pas obligé de remplir tous les emplacements d’un selbri quand on l’utilise. La position du selbri n’est pas fixée, même si généralement on trouve x1 SELBRI x2 x3 … Par exemple : fi la .ilmen. cu dunda est parfaitement valide et signifie que quelque chose est donné à Ilmen, sans spécifier ni quoi ni par qui.

EXERCICE :

A]Comment dire :

  1. Je me déplace en voiture
  2. Je passe par l’Allemagne

B]Comment traduire en respectant l’ordre des mots :

  1. Toi et moi passons par l’Allemagne, en allant en Russie.
  2. Nous, mais pas toi, partons de France vers l’Allemagne.

Quand on utilise fa le sumti suivant est x1, mais le sumti qui suit ce x1 quel est-il ? x2 bien sûr, de même avec fe, fi, fo et fu.

C]Comment traduire en respectant l’ordre des mots :

  1. Respect! Tu passes par l’Allemagne en deux-roues.
  2. Super! Je part de France et je passe par l'Espagne.

Réponses aux exercices :

A]
  1. mi klama fu lo karce
  2. mi klama fo lo dotygu'e
B]
  1. mi'o klama fo lo dotygu'e fe lo rukygu'e
  2. mi'a klama fi le fasygu'e fe lo dotygu'e
C]
  1. .io do klama fo lo dotygu'e lo relxilma'e
  2. .ui mi klama fi lo fasygu'e lo sangu'e

SE, lo...ku

(Voir la leçon 5 des leçons Wave pour plus de détails)

se/te/ve/xe sont des cmavo de la selma'o SE, agissants directement sur un selbri.

se : échange les positions x1 et x2

te : échange les positions x1 et x3

ve : échange les positions x1 et x4

xe : échange les positions x1 et x5

karce : x1 est une automobile transportant x2, propulsée par x3

se karce : x1 est transporté par l’automobile x2, propulsée par x3

te dunda : x1 reçoit x2 de x3

ve klama : x1 est un point de passage dans le trajet vers x2 depuis x3 parcouru par x4 par les moyens x5

xe klama : x1 est le moyen de transport dans le trajet vers x2 depuis x3 via x4 fait par x5

EXERCICE

A]Traduire :

  1. mi te dunda lo plise do
  2. .ue lo gerku se klama lo mlatu

On se rappelle que lo extrait le x1 d'un selbri pour en faire un sumti. On voit tout de suite quel peut-être l'intérêt de combiner lo avec un membre de SE

EXERCICE

B]Comment dire :

  1. « Le véhicule » de deux façons différentes en utilisant marce et klama ?
  2. « La destination »
  3. « Le cadeau » (que je te donne)

Réponses aux exercices :

A]
  1. « Je reçois une pomme de toi » ou « Je reçois une pomme de ta part »
  2. Littéralement : « Surprise! Le chien est atteint par le chat. »; sinon : « Bizarre, le chat va vers le chien. »
B]
  1. lo marce ou lo xe klama
  2. lo se klama
  3. lo se dunda

Reprise du 25/02/2014

xu

(Voir la leçon 12 des leçons Wave pour plus de détails)

A]Rappel sur xu :

xu sert à poser des questions de type “vrai ou faux”, ou “est-ce que”.

Est-ce que tu manges ?

xu do citka

Est-ce que tu dors ?

xu do sipna xu s’utilise comme un attitudinal : il peut se mettre à peu près n’importe où et porte sur le mot ou la construction précédente.

Ta maison est verte ?

lo ti zdani cu crino xu

C’est le chien qui a mangé ta pomme ?

lo gerku xu cu citka lo do plise

EXERCICE A]traduire :

  1. xu lo gerku cu citka lo mlatu
  2. .ue do xabju lo blanu xu zdani
  3. ju’o cu’i xu do dunda lo plise mi

B]traduire :

  1. Est-ce qu’elle est rapide cette voiture ?
  2. Est-ce que c’est une bonne traduction ? :)
  3. Hé ! Est-ce que vous êtes là ?

Réponses aux exercices :

A]
  1. « Est-ce que le chien a mangé le chat ? »
  2. « Quoi ? Tu habites la maison bleue ? »
  3. « Hmm. Tu me donnes la pomme ? »
B]
  1. lo ti karce cu sutra xu
  2. .u'i xu lo se fanva cu drani
  3. ju'i xu do zvati

ma, mo

(Voir la leçon 12 des leçons Wave pour plus de détails)

Les questions “vrai ou faux”, c’est bien, mais c’est vite limité. Par exemple plutôt que d’épuiser tous les objets de l’Univers en demandant « est-ce que X a mangé ta pomme », on a plutôt envie de demander « qui a mangé ta pomme ». Et en lojban les questions fonctionnent très souvent comme dans cet exemple français.

C’est à dire qu’ici le récepteur doit répondre en remplaçant « qui » par ce qui a effectivement mangé la pomme. En lojban, qui est une langue très simple… il y a un mot unique, pour qui, quoi, quand et où. ma. En mettant ma à la place d’un sumti vous demandez à votre interlocuteur de répondre en remplaçant ma par sa valeur.

Exemples :

ma citka lo do plise = « qui a mangé ta pomme »

réponse : lo gerku cu citka lo mi plise ou plus simplement lo gerku.

Une petite digression sur les fragments :

On voit ici que lo gerku ne contient pas de selbri. En lojban, une phrase peut soit contenir un bridi (donc un selbri) soit contenir un « fragment ». Les fragments sont bien utiles pour répondre aux questions.


lo gerku cu citka ma = « le chien a mangé quoi ? »

réponse : lo gerku cu citka lo mi plise ou lo mi plise

Et comme ce cours est très bien fait, vous vous dîtes : et si je veux savoir ce que le chien a fait avec la pomme, je dois demander un selbri et non pas un sumti, alors comment je fais ? C’est très simple : vous utilisez mo

lo gerku mo lo do plise ~~ « le chien a fait quoi avec ta pomme ? »

réponse possible : .uesai .ii lo gerku cu se citka lo do plise ~~ « Aaaaaaah le chien s’est fait manger par ta pomme ! »

EXERCICE

En vous inspirant de l'exemple, créer un mini arbre de conversation sur ce document.

to'e

C'est bien pratique de pouvoir une chose et son contraire. C'est le rôle de to'e. Quand on place to'e devant un selbri on crée un tanru, donc un nouveau selbri. Et to'e selbri signifie l'opposé du selbri seul. Par exemple : mi to'e nelci lo gerku = « Je déteste les chiens » lo gerku cu to'e melbi = « Le chien est moche. »

Il faut faire attention à ne pas utiliser to'e avec n'importe quoi. Par exemple ti to'e plise = « Ceci est l'opposé d'une pomme. » c'est assez ambigu. On va donc se contenter d'utiliser to'e avec des selbri dont le contraire est relativement évident.

EXERCICE A]Traduire :

  1. lo nanmu cu to'e mencre
  2. lo karce cu to'e sutra
  3. lo gerku cu to'e smaji

B]Traduire :

  1. « Je m'en désintéresse. »
  2. « Beurk ! La pomme est molle »

Réponses aux exercices :

A]
  1. « L'homme est bête. »
  2. « La voiture est lente. »
  3. « Le chien est agité. »
B]
  1. mi to'e jundi ti
  2. .aunai lo plise cu to'e jdari

Test

1

ko cuxna lo valsi klesi

go'i nago'i
xu lo tricu cu spati
xu lo gerku cu vofli
xu lo dotygu'e cu lamji lo fasygu'e
xu lo sangu'e cu lamji lo mergu'e
xu lo bloti cu fulta

la .teris. po'u lo tirxu cu vitke zi'o lo barda tcadu

la .teris. cu tirxu

.i la .teris. cu klama lo barda tcadu lo cicricfoi lo ri’erkoi

.i ty. cadzu lo dertu

.i .uinairu’e ty. na vofli

.i ty. penmi la .mulis. lo jarbu

.i my. cu verba

.i my. vi’ecpe ty. lo zdani pe my.

2

la .teris. mo

tirxu
lo klama
verba
lo tcadu

3

ma verba

tirxu
lo tirxu
la .mulis.
lo tcadu

4

ty. klama zo'e ma

tcadu
lo tcadu
cicricfoi
lo cicricfoi

5

lo barda tcadu cu se klama ma

la .teris.
cicricfoi
lo cicricfoi
tirxu

6

ty. mo my.

lo penmi
vofli
se vi'ecpe
lo zdani pe la .mulis.

7

ty. se vi'ecpe fi ma

la .mulis.
lo se penmi
lo zdani pe la .mulis.
zdani

Le texte du test est un résumé de la .teris. po'u lo tirxu cu vitke zi'o lo barda tcadu.

Reprise du 11/03/2014

tanru

(voir la leçon 3 des leçons Wave pour plus de détails)

Les langues naturelles sont parfois floues, mais ce n’est pas toujours parce qu’elles sont préhistoriques. C’est aussi un gain d’expressivité pour peu que le contexte soit suffisamment explicite.

Bref, les tanru permette de dire une maison jaune, un chien noir, un bon sommeil… Sans qu’on ne soit obligé d’être d’une précision chirurgicale. Mais comment ça marche ? C’est simple il suffit de mettre deux {selbri} à la suite: SELBRI1 SELBRI2. Et cela signifie SELBRI2 « de type » SELBRI1 Par exemple : lo pelxu zdani = la maison de type jaune. Ou la maison jaune.

lo gleki gerku : le chien de type joyeux. Ou le chien joyeux.

lo jgira mlatu : le chat de type fier. Ou le chat qui se la pète. Les détails technique :

  • Un tanru est un selbri
  • Un tanru a la structure de place du SELBRI2
  • Car c’est le SELBRI1 qui modifie le sens du SELBRI2
  • Le sens du SELBRI2 doit être respecté, la connexion avec le SELBRI1 peut-être fantaisiste, mais c’est déconseillé.
  • Comme un tanru est un selbri on peut former un tanru de type TANRU SELBRI, où le TANRU modifie le SELBRI qui joue le rôle de SELBRI2


Groupement des selbri dans un tanru (bo et ke...ke'e

(voir le début de la leçon 20 des leçons Wave pour plus de détails)

On entre maintenant dans les détails encore plus techniques : comment interpréter le tanru : {SELBRI1 SELBRI2 SELBRI3} ? Qui modifie qui ?

Il y a deux possibilités de parenthésage :

  • ((SELBRI1 SELBRI2) SELBRI3) : SELBRI1 modifie SELBRI2 pour former un tanru (SELBRI1 SELBRI2) qui lui même modifie SELBRI3
  • (SELBRI1 (SELBRI2 SELBRI3)) : SELBRI3 est modifié par SELBRI2 ce qui forme un tanru (SELBRI2 SELBRI3) qui est lui même modifié par SELBRI1

Dans les deux cas la structure du tanru est celle de SELBRI3, mais le sens n'est pas le même.

  • lo ((gusni pelxu) bolci) : la boule de type (jaune de type lumineux), une balle d'un jaune vif peut-être.
  • lo (gusni (pelxu bolci)) : (la boule de type jaune) de type lumineux, sûrement une ampoule ou une étoile.

Le lojban a choisi... Roulement de tambour... la première version !

Mais, les lojbanistes sont des gens libre, ils ne supporteraient pas une telle contrainte. Ainsi fut inventé {bo}. [1] {bo} sert à lier fortement deux selbri à l'intérieur d'un tanru. Si plusieurs selbri sont liés par {bo} consécutivement, ils sont parenthésés à droite. Et voilà c'est la liberté, c'est beau.

  • lo gusni pelxu bo bolci : la boule jaune lumineuse !
  • lo barda gusni bo pelxu bo bolci : la grande boule jaune lumineuse !


On peut aussi utiliser {ke...ke'e} pour grouper des selbri dans un tanru.

Dans la description parenthésée d'un tanru, {ke} correspond à une parenthèse gauche, {ke'e} à une parenthèse droite. Les parenthèses qui devraient se trouver à l'intérieur d'un groupement (une suite de selbri entre {ke} et {ke'e}) sont repoussées à l'extérieure. On ne va pas rentrer dans les détails tout de suite. Voyons juste trois exemples simples :

  • lo gusni ke pelxu bolci (ke'e) = lo (gusni (pelxu bolci))
  • lo barda ke gusni ke pelxu bolci (ke'e ke'e) = lo barda (gusni (pelxu bolci))
  • lo barda ke gusni pelxu bolci (ke'e) = lo barda ((gusni pelxu) bolci : la grande balle d'un jaune lumineux.


EXERCICE : Traduire : La maison jaune est la destination du grand chien noir se déplaçant dans la voiture rouge ?

Réponse :

lo pelxu zdani cu se klama lo barda xekri bo gerku fu lo xunre karce ou

lo pelxu zdani cu se klama lo barda ke xekri gerku fu lo xunre karce

Test

Ecouter deux ou trois cet enregistrement : About this sound lo narju tirxu .e lo blabi tirxu  Ensuite seulement faîtes ce test.

lo narju tirxu .e lo blabi tirxu

ni'o lo blabi tirxu cu xabju lo barda tcadu .i lo blabi tirxu cu mutce badri .i lo remna cu se pinfu lo tirxu

ni'o lo narju tirxu cu to'e sutra klama lo barda tcadu lo cilce ricfoi .i lo narju tirxu cu penmi lo cizra kelci danlu lo clani pluta .i zo .pendorid. cmene lo kelci danlu .i py. sutra tacpe'u lo narju flira .i py. bajra canci

ni'o lo narju tirxu cu badri penmi lo blabi tirxu lo barda tcadu .i.uinai lo narju tirxu cu mutce terpa lo remna te pinfu .i lo narju tirxu cu sutra xrukla lo se nelci cilce ricfoi

1

lo mo tirxu cu penmi la .pendorid.

2

ma mutce badri

cu mutce badri

3

ma se xabju lo narju tirxu

go'i

4

lo cilce ricfoi mo te klama fi lo narju tirxu

lo cilce ricfoi cu

te klama fi lo narju tirxu

5

ko jmina zo ku

lo narju tirxu cu penmi lo cizra kelci danlu lo clani pluta ->

lo narju tirxu cu to'e sutra klama lo barda tcadu lo cilce ricfoi ->

Reprise du 18/03/2014

NOI

Jusqu’à maintenant on a vu que des sumti simples. {la cmevla}, {lo selbri} ou {sumka’i}. Un sumka’i étant un cmavo représentant un sumti. On va maintenant s’intéresser aux relatives associées à un sumti. En lojban deux constructions permettent de former ces relatives : {poi...ku’o} et {noi...ku’o}. poi introduit une relative restrictive, noi introduit une relative non-restrictive. Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire de restriction ? Prenons un exemple, si je dis :

« Le tigre qui est orange rencontre Pendorid. », deux interprétations sont possibles, soient je raconte une histoire avec plusieurs tigres, et dire que celui-ci est orange permet de préciser duquel on parle. on utilisera alors poi, poi précise. Ou bien je pourrai juste dire qu’il est orange parce que j’aime bien le orange et les évidences. Auquel cas j’utiliserai noi, noi est neutre ou non-restrictif.

lo tirxu poi narju ku’o cu penmi la .pendorid. = « Le tigre, celui qui est orange, rencontre Pendorid. »

lo tirxu noi narju ku’o cu penmi la .pendorid. = « Le tigre, qui s'avère être orange, rencontre Pendorid. »

Bon si vous vous rappelez que le lojban est une langue logique, vous devez vous demandez quelle relation exactement est introduite par poi et noi ? Pour expliciter cela il faut introduire un nouveau sumka’i : ke’a. ke’a joue le rôle de que, dont, auquel, duquel… il reprend le sumti auquel est attaché la relative dans la relative. Vous me dites, oui d’accord et en français ?

C’est simple : lo tirxu noi ke’a narju : « le tigre tel que ce tigre est orange ». {ke’a narju} est un bridi. Si ke’a n’est pas explicite, il remplit implicitement le premier emplacement libre dans le bridi.

Donc, lo tirxu noi narju = lo tirxu noi ke’a narju

lo plise poi mi citka = lo plise poi mi citka ke’a = « la pomme que je mange »

On peut utiliser plusieurs fois ke’a dans une relative :

mi ke’a tavla ke’a ke’a cu fekpre = « Moi, qui me parle à moi-même de moi-même, je suis fou. ».

Test


Cocher les bridi corrects contenant un selbri -- ko cuxna lo bridi poi gendra gi'e mulno

1

lo gerku cu bunre .i lo gerku ku gleki

lo gerku noi bunre gleki
lo gerku noi bunre cu gleki
lo gerku noi bunre ku'o gleki
lo gerku noi ke'a bunre cu gleki

2

lo mlatu cu xekri .i lo mlatu ku to'e gleki

lo mlatu cu xekri cu to'e gleki
lo mlatu noi xekri ku'o to'e gleki
lo mlatu noi to'e gleki cu xekri
lo mlatu noi xekri noi to'e gleki

3

lo tirxu cu se cmene zo .teris. .i lo tirxu cu penmi lo tirxu .i lo tirxu cu blabi

lo tirxu poi zo .teris. cmene ke'a cu penmi lo tirxu poi blabi
zo .teris. cu cmene lo tirxu poi ke'a penmi lo tirxu poi blabi
zo .teris. cmene lo tirxu poi penmi cu lo tirxu poi blabi
zo .teris. poi cmene lo tirxu poi penmi lo tirxu poi blabi
Choisissez la traduction correcte -- ko cuxna lo pa xe fanva poi drani (Dans un premier temps essayez de traduire sans lire les propositions.)

4

lo relxilma'e noi crino cu xe klama lo dotygu'e

Le vélo allemand est vert.
Le vélo qui est vert est allemand.
Le vélo qui est vert est utilisé pour aller en Allemagne.
Le vélo qui est vert va en Allemagne.

5

mi'o klama lo dotygu'e noi melbi ku'o fo lo dargu poi to'e melbi

Toi et moi allons en Allemagne, qui est jolie, via une route qui n'est pas jolie.
Nous sans toi, allons en Allemagne, qui est jolie, via une route qui n'est pas jolie.
Toi et moi allons en Allemagne, qui est jolie, via la route qui n'est pas jolie.
Nous sans toi, allons en Allemagne, qui est jolie, via la route qui n'est pas jolie.

6

do xabju lo zdani poi mo

Tu habites où ?
Tu habites la maison de Moe.
Tu habites la maison de qui ?
Tu habites quelle maison ?


EXERCICE : Traduire

  1. Une langue qui est belle est difficile.
  2. La machine qui n'aime pas les chiens est triste.
  3. Nous, qui étudions le lojban, qui est une belle langue, ne sommes pas fous. (utiliser fekpre pour fou)

Réponses :

  1. lo bangu poi melbi cu nandu
  2. lo minji poi to'e nelci lo gerku ku'o badri
  3. ma'a noi tadni lo jbobau noi melbi bangu cu to'e fekpre

Reprise du 25/03/2014

Quelques abstractions

Je vais essayer de ne pas vous détruire de neurones. Je vais partir du principe qu’à cette date (23 mars 2014) les définitions officielles des abstractions sont terriblement trompeuses. Je vais donc reformuler ces définitions en espérant que cela rende les abstractions beaucoup plus accessibles. Je suis content que vous soyez attentifs. Comment diriez-vous ça en lojban ?

mi gleki do jundi ne va pas car il y aurait 2 selbri dans le même bridi.

mi gleki lo do jundi se comprendrait : je suis content de votre attentif, ce qui est pas top.

On veut que do jundi soit un sumti, pour pouvoir remplir le x2 de gleki

Si do jundi était un selbri, on utiliserait lo...ku.

On va donc d’abord transformer do jundi en selbri. Pour ce travail on utilise des abstracteurs. Le plus générique est su’u. Je le comprends de cette façon :

su’u : b1 -> s1 : x1 est [b1] de la façon x2 En français c’est mieux : su’u transforme un [bridi] en le selbri : x1 est [bridi] de la façon x2

C’est à dire que su’u do jundi signifie la relation x1 est [vous êtes attentif] de la façon x2

Maintenant on applique lo...ku :

lo su’u do jundi = [vous êtes attentif]

Et finalement mi gleki lo su’u do jundi = Je suis content du fait [vous êtes attentifs] = Je suis content que vous soyez attentifs. su’u étant très imprécis, on peut avoir envie d’utiliser d’autres abstracteurs comme :

nu : Transforme un [bridi] en le selbri : x1 est l’état/processus/résultat/activité [bridi]

En gros c’est un état/événement, qui prend place dans l’espace-temps.

du’u : Transforme un [bridi] en le selbri : x1 est la proposition [bridi] exprimée par la phrase x2

En gros c’est une formalisation d’un fait, la transcription d’un fait dans un “langage”.

sedu’u : Transforme un [bridi] en le selbri : x1 est la phrase exprimant la proposition [bridi] qui est x2

En gros c’est l’énoncé du bridi.

Des sumtcita

sepi’o

Les sumtcita servent à ajouter des emplacements de sumti aux selbri. Par exemple comment faire pour dire que je traduis les leçons Wave en utilisant une machine rouge qui est intelligente ?

mi fanva la .uevleson. sepi’o lo xunre minji noi mencre

On utilise sep'io qui permet d'introduire un nouvel emplacement de sumti au selbri fanva. Emplacement qui correspond à un outil utilisé.

On peut assez vite se perdre dans des problématiques de sémantique. Un selbri définissant une relation entre plusieurs arguments, il n’est pas forcément évident d’ajouter un argument. Quelle est la nouvelle relation créée ? On ne va pas se poser ce problème pour l’instant. On va supposer que la relation entre les arguments initiaux n’est pas altérée et que le nouvel argument ne fait qu’apporter des précisions supplémentaires.

Les points cardinaux : be’a, ne’u, du’a, vu’a

Ces sumtcita correspondent respectivement à « au nord de », « au sud de », « à l’est de », « à l’ouest de ».

EXERCICE Choisissez un pays en rouge dans cette liste, créer sa page wikipedia en lojban en prenant exemple sur la .tanzan. cu friko gugde ne'u la kenias .e la .ugandas du'a la roltrusi'o zei .kongos‎ .e la burundis .e la ruandas be'a la zambias .e la malauis .e la mosambik

La causalité : ja’e, ri’a, mu’i, ki’u, ni’i

Il existe bien sûr des gismu qui permettent d’exprimer des relations de causalité, mais on va s’intéresser ici aux sumtcita tirés de ces gismu.

ja’e est le plus générique, il introduit un sumti qui est un résultat.

ri’a introduit un sumti qui est une cause physique.

mu’i introduit un sumti qui est une motivation (pour un agent)

ki’u introduit un sumti qui est une raison

ni’i introduit un sumti qui est une cause logique (au sens de la logique formelle, pas du bon sens)

Ajouter se à ces sumtcita les fait introduire une conséquence plutôt qu'une cause. Sauf ja'e pour lequel c'est l'inverse

Par exemple seni'i introduit un sumti qui est une conséquence logique.

Ajouter nai à ces sumtcita indique que le sumti va à l'encontre de ce qui arrive...

Par exemple mu'inai introduit un sumti qui est une motivation malgré laquelle quelque chose.

C'est dur à formaliser mais en pratique c'est assez simple, si on veut dire qu'un tigre orange va en ville malgré le fait qu'il a peur :

lo narju tirxu klama lo barde tcadu ki'unai lo nu lo tirxu cu terpa

fi'o...fe'u

Bon l’outil générique n’étant globalement pas utilisé, on va le voir vite fait. On peut voir que les sumtcita précédents sont tirés de gismu. ja'e vient de jalge, se pi’o vient de se pilno. Cette démarche se généralise avec l’outil fi’o SELBRI fe’u qui rajoute le x1 de SELBRI comme emplacement supplémentaire.

En résumé les sumtcita rajoute un emplacement pour un sumti qu’on va remplir avec … un sumti.

Test

Ecouter deux ou trois cet enregistrement : About this sound la .pendorid .e lo mencre minji  Ensuite seulement faîtes ce test.

la .pendorid .e lo mencre minji

ni’o la .pendorid. nelci lo nu citka .i .u'i la .pendorid nelci lo nu citka lo titranti kei ki’u lo nu lo titranti cu titla

ni’o lo minji poi mencre cu na nelci lo nu citka lo titranti ni’i lo nu lo minji na citka

ni’o lo minji cu tavla la .pendorid. lo pelxu plise lo jbobau noi melbi ki’u lo nu drani ku’o mu’inai lo nu la .pendorid. na tavla fo lo jbobau .i lo minji cu cusku lo sedu’u la .pendorid. cu cizra ki’u lo nu la .pendorid. cu nelci lo nu tacpe’u lo narju flira

ni’o lo minji na citka lo titranti semu’i lo nu la .pendorid. nelci lo mencre minji


1

lo minji cu se nelci la .pendorid. mu’i ma

lo nu lo minji cu tavla
nu lo minji cu tavla
lo nu lo minji na citka lo titranti
nu lo minji na citka lo titranti

2

lo minji na nelci lo titranti ni’i ma

lo nu lo minji na se flira
nu lo minji na citka
lo su'u lo minji na citka
la .pendorid. citka lo titranti

3

la .pendorid. nelci lo titranti ki’u ma

la .pendorid. nelci lo titranti ki'u lo nu lo titranti cu titla
lo su'u lo titranti cu titla
lo nu lo titranti cu titla
lo su'u la .pendorid. nelci lo titla

4

la .pendorid. cu cizra seja’e ma

lo su'u la .pendorid. cu citka lo titranti
lo nu la .pendorid. cu nelci lo nu tacpe'u lo narju flira
lo nu la .pendorid. cu nelci lo nu citka
la .pendorid. cu cizra ki'u lo su'u la .pendorid. cu nelci lo su'u tacpe'u lo narju flira
Fusionnez les deux bridi. ko favgau lo re bridi lo pa bridi

5

lo minji cu nelci lo jbobau .i lo jbobau cu drani

lo minji cu nelci lo jbobau

lo jbobau cu drani

6

lo narju tirxu cu terpa lo remna .i lo remna cu se pinfu lo blabi tirxu

lo remna cu se pinfu lo blabi tirxu

lo

lo tirxu poi ke'a narju cu terpa lo remna

7

la .pendorid. cu tacpe’u lo narju tirxu flira .i la .pendorid. cizra

lo nu la .pendorid. cu tacpe'u lo narju tirxu flira kei py. cizra

8

lo tirxu poi blabi cu badri .i lo tirxu cu pinfu

lo tirxu poi blabi cu badri

lo

lo tirxu cu pinfu

9

la .pendorid. citka lo titranti .i lo titranti cu titla

py citka lo titranti

lo nu lo titranti cu titla

10

la .teris. cadzu .i la .teris. klama lo barda tcadu

la .teris. cadzu

la .teris. klama lo barda tcadu

Reprise du 01/04/2014

mi'a, mi'o, ma'a, ko'a

Lisez une première fois [ce texte] sans essayer de le traduire, ou de tout comprendre et avant de lire la suite.

Qu'est-ce que c'est que ce texte ? On voit que sur une bonne partie du texte, une ligne sur deux contient un de ses trois mots : ma, mo ou xu, et donc contient une question. On peut donc supposer qu'on a affaire à une série de questions/réponses entre deux interlocuteurs. Par commodité je vais les appeler Alpha et Beta, Beta étant celui qui pose les questions.

Vers la fin du texte, Alpha dit .uo .uadai + qqch.

ua est un cnima'o qui indique la compréhension. Par défaut les cnima'o font références au locuteur. Si je dit .ua lo solri cu bolci c'est en gros : « J'ai compris ! Le soleil est une boule » .

dai est un cnima'o qui modifie les cnima'o. Il déplace la référence, généralement vers le récepteur : .uadai lo solri cu bolci c'est en gros : « Tu as compris, le soleil est une boule ».

uo est un cnima'o qui indique la complétude. Ici .uo .uadai peut se comprendre : « Enfin ! Tu as compris ! ».

Mais qu'est-ce que Beta a compris ? Ce qui suit : ko'a ja'a marji lo rectu

ja'a est un cnima'o qui insiste sur le fait qu'un bridi est vrai. On voit donc qu'Alpha constate que Beta a finalement compris ko'a marji lo rectu. Ce qui est la première phrase du texte. Il a donc fallu une vingtaine de lignes à Beta pour comprendre ce bridi qui a l'air tout simple. Ce qui nous donne quelques informations sur Alpha et Beta.

Regardons de plus prêt ce bridi. Notre oeil habitué à la morphologie du lojban repère immédiatement deux gismu : marji et rectu. On identifie la structure {lo rectu} comme étant un sumti. Ce serait pratique d'avoir un selbri. marji pourrait jouer ce rôle, selon ce qu'est ko'a. Si ko'a est un sumti, c'est le x1 de marji, lo rectu en est le x2. ko'a joue en effet le rôle d'un sumti, c'est un sumka'i de sumti et krati, « représentant de sumti » . Pour l'instant comprenons ko'a comme « qqch ». ko'a marji lo rectu = qqch est fait de viande.

Seconde ligne : fi'e la .teris.bisyn.. .teris.bisyn. est un cmevla, la .teris.bisyn. est un sumti. fi'e est un sumtcita qui introduit un créateur, un auteur. On a donc « créé par Terry Bisson ».

La première phrase reprends le titre, mais on a compris que c'était un dialogue, c'est donc Alpha qui parle. Beta réponds : rectu ki'a

ki'a sert à marquer l'incompréhension associée à un texte, ici rectu. « De viande ??? » .

On passe .i noda se senpi et on regarde .i mi'a jajgau so'oko'a le mi'a ninsisli'u marce loi vrici pagbu be le plini gi'e lanli ko'a .i piro ko'a cu rectu. Bon c'est un peu compliqué, résumons : mi'a qqch à propose de ko'a.

mi'a veut dire nous, mais pas toi. Donc Alpha et d'autres ont quelque chose à voir avec ko'a. Beta n'était pas là c'est pour ça qu'il a du mal à comprendre pendant tout ce qui va

Beta répond : .i la'edi'u na se kakne

la'edi'u ça veut dire « ce qui vient d'être dit ». Par exemple : « Je suis très joueur. C'est vrai. » -> mi mutce kelci .i la'edi'u jetnu, la'edi'u correspond à « C » .

na se kakne -> « est impossible »

Ensuite beta explicite son septicisme : bla bla bla cu mo -> bla bla bla ça marche comment ? Sous-entendu si ce que tu dis est vrai.

alpha répond bla bla bla

beta toujours sceptique : .i ma zbasu lo bi'unai minji .i.ei mi'o tavla le zbasu

On oublie bi'unai et on fait comme si le zbasu c'était lo zbasu.

ma zbasu lo minji -> « qui a construit les machines ? »

.ei mi'o tavla lo zbasu

.ei est un cnima'o indiquant l'obligation. tavla lo zbasu -> « parler aux créateurs » .

et mi'o : toi et moi, ou l'ensemble des interlocuteurs, en l'occurrence Alpha et Beta.

Là on voit bien la différence entre mi'a et mi'o. Alpha sans Beta (mi'a) a appris quelque chose sur ko'a, Alpha et Beta (mi'o) doivent parler aux constructeurs. Alpha et Beta doivent faire quelque chose ensembles, mais Alpha a fait quelque chose sans Beta, et du coup Beta est un peu perdu.

Et on va aller à la fin du texte maintenant : .i ko'a troci lo nu tavla ma'a puca'o lo nanca be li ji'i panono bei ko'a

puca'o c'est un autre sumtcita, puca'o lo nanca be li ji'i panono bei ko'a c'est juste un complément circonstanciel de temps.

ko'a troci lo nu tavla ma'a c'est une structure classique : x1 selbri x2.

troci : x1 essaye de faire x2 par l'action x3

nu est un abstracteur, donc nu tavla ma'a c'est le selbri : « x1 est le fait de parler à ma'a »

Et finalement ko'a a essayer de parler à ma'a. Mais c'est qui ce ma'a ? C'est encore un « nous » : « toi/vous et moi/nous et d'autre(s) » -> ko'a a essayé de nous parler.

Effectivement ko'a n'a pas essayer de parler à mi'o (Alpha et Beta, ou Alpha et Beta et leur congénères), ko'a a essayé de parler avec des êtres intelligents quels qu'ils soient, ce qui inclue Alpha et un peu Beta aussi, mais comme c'est plus large : ma'a.

Et sinon c'est quoi ko'a ?

C'est un sumka'i, c'est à dire un cmavo qui sert à représenter un sumti. Le plus simple, c'est de le voir comme une variable de type sumti. Il y a un autre cmavo, goi, qui sert à assigner une valeur à ko'a.PAr exemple si vous vous souvenez de la page wikipedia sur la Tanzanie, à cette date (03/04/2014) elle commence par : ni'o la .tanzan. goi ko'a = la Tanzanie, maintenant appelée ko'a. Et plus loin on trouve : la .dodomas. trutca ko'a = .dodomas. est la capitale de ko'a, c'est à dire .dodomas. est la capitale de la Tanzanie.

Dans ko'a marji lo rectu ko'a n'a pas de valeur assignée, on ne sait pas ce que sait exactement, mais c'est toujours la même chose dont il est question au cours du texte. Et on apprends pas mal de chose sur ko'a.


Un exemple bizarre et de la philosophie

Est-ce que ko'a peut représenter do ?

Oui mais do est un déjà un sumka'i, qui représente quelqu'un de différent selon le locuteur. Si Alpha décide d'appeler Beta ko'e (ko'e fonctionne exactement comme ko'a) : do goi ko'e .i ko'e na jimpe, toi que j'appellerai ko'e. ko'e ne comprends pas. Beta peut lui répondre ko'e ja'a jimpe = ko'e comprends = je comprends. Pour Beta ko'e c'est mi, pour Alpha c'est do. ko'e s'applique à l'objet {Beta}, pas à l'étiquette locale qui le représente (do ou mi selon le locuteur).

En lojban il faut distinguer le niveau {sens} du niveau {texte}. C'est important. Et il y a encore un autre niveau, les cnima'o.

Il faut voir les cnima'o comme une décoration, des vêtements sur les deux autres niveaux.

Quand on pose une question {xu}, le xu ne voit pas les cnima'o : lo gerku .u'i xu cu citka lo plise = est-ce le chien (héhé) qui a mangé la pomme ? La question porte sur le chien, le u'i n'est pas interrogé. Si on montre la tête de quelqu'un qui porte un chapeau, eh ben en lojban on montre la tête. Quand on répond à une question {xu} par go'i, go'i reprends le bridi dénudé de tous ses cnima'o, y compris xu

Il y a bien sûr moyen de montrer le chapeau...

Reprise du 15/04/2014

Connecteurs logiques

sumti

Les 4 voyelles .a, .e, .o, .u servent à connecter 2 sumti : x1 V x2

.a correspond au ou inclusif : soit x1 est vrai, soit x2 est vrai, soit x1 et x2 sont vrais.
.e correspond à et : x1 et x2 sont vrais
.o correspond à ssi : x1 et x2 sont vrais tous les deux ou faux tous les deux
.u correspond à x1 peu importe x2 : x1 est vrai et x2 peut-être vrai ou faux

Imaginons par exemple que je sois aller en Allemagne et aux Etats-Unis :

mi klama lo dotygu'e .e lo mergu'e

Maintenant je suis ivre, je ne sais plus ou je suis aller, mais je suis allé dans au moins un de ces deux pays :

mi klama lo dotygu'e .a lo mergu'e

En fait je sais que j'ai prévu d'enchaîner les deux pendant mes prochaines vacances, mais elles sont déjà passées ou pas ces vacances ? Soit j'ai visité les deux, soit aucun des deux :

mi klama lo dotygu'e .o lo mergu'e

Bon de toutes façons je suis déjà allez en Allemagne au collège, donc je suis allé en Allemagne, que je sois ou non allez aux Etats-Unis

mi klama lo dotygu'e .u lo mergu'e


bridi

On peut aussi utiliser des connecteurs logiques pour lier non pas des sumti, mais des bridi. Il suffit de rajouter 'ij' devant les connecteurs de sumti.

Maintenant je vais être flemmard, je reprends exactement les mêmes exemples :

Imaginons par exemple que je sois aller en Allemagne et aux Etats-Unis :

mi klama lo dotygu'e .ije mi klama lo mergu'e

Maintenant je suis ivre, je ne sais plus ou je suis aller, mais je suis allé dans au moins un de ces deux pays :

mi klama lo dotygu'e .ija mi klama lo mergu'e

En fait je sais que j'ai prévu d'enchaîner les deux pendant mes prochaines vacances, mais elles sont déjà passées ou pas ces vacances ? Soit j'ai visité les deux, soit aucun des deux :

mi klama lo dotygu'e .ijo mi klama lo mergu'e

Bon de toutes façons je suis déjà allez en Allemagne au collège, donc je suis allé en Allemagne, que je sois ou non allez aux Etats-Unis

mi klama lo dotygu'e .iju mi klama lo mergu'e


tanru

Pour connecter deux tanru, c'est la même chose que pour les bridi, sauf qu'on enlève le 'i'.

Imaginons que je sois aller en Allemagne, c'était un voyage plaisant et rapide :

mi pluka je sutra klama lo dotygu'e

Bon en fait je sais plus si c'était plaisant ou si c'était rapide, (ou les deux hein) :

mi pluka ja sutra klama lo dotygu'e

Non mais une chose est sûr, j'aime pas les longs voyage, et j'aime bien quand ça va vite :

mi pluka jo sutra klama lo dotygu'e

Mais non je me souviens, j'y suis allé en vélo, et j'aime faire du vélo, vite ou pas vite :

mi pluka ju sutra klama lo dotygu'e


intermède position du selbri

Bon, vous savez déjà qu'un bridi se présente généralement sous la forme {SUMTI1 SELBRI SUMTI2...}. Eh bien ce n'est pas obligatoire ! Bien sûr on peut utiliser FA pour réordonner les sumti, mais on peut aussi déplacer le selbri ! Si on le met en tête il faut ajouter {fa} devant le x1, sinon, par défaut x1 est rempli par {zo'e}. Si on le déplace plus loin, il n'y a rien à faire. mi dunda lo xunre plise do <=> dunda fa mi lo xunre plise do <=> mi lo plise cu dunda do <=> mi lo plise do dunda

La partie du bridi qui se trouve strictement devant le selbri constitue le bricfa, la partie qui termine le bridi (selbri inclus) constitue le brifa'o. Nous allons voir qu'un bridi peut avoir plusieurs brifa'o.

connecteurs de brifa'o

O surprise ! Nous allons apprendre à connecter les brifa'o, ce qui va nous permettre d'avoir plusieurs brifa'o dans un même bridi.


Imaginons par exemple que je sois aller en Allemagne et que j'ai rêvé de guimauve :

mi klama lo dotygu'e gi'e senva lo titranti

Ok j'ai peut-être fait qu'un des deux :

mi klama lo dotygu'e gi'a senva lo titranti

Bon en fait je suis très bizarre. Je ne rêve de guimauve qu'en Allemagne, mais chaque fois que je vais en Allemagne je rêve de guimauve :

mi klama lo dotygu'e gi'o senva lo titranti

Peut-être que je ne suis pas si bizarre et que je n'ai jamais rêvé de guimauve, mais bon je suis quand même allé en Allemagne :

mi klama lo dotygu'e gi'u senva lo titranti


Bon ça c'était une utilisation minimaliste des brifa'o. Je n'ai économisé que la reprise de mi, c'est pas terrible.

On peut faire mieux, par exemple si je suis allé en Allemagne en vélo, et que j'aime bien l'Allemagne :

mi lo dotygu'e cu klama .ui fu lo relxilma'e gi'e nelci

Ou bien si je suis aller en Allemagne (c'était pas terrible) depuis la France et que j'aime bien la France :

mi klama .uinairu'e lo dotygu'e lo fasygu'e gi'e nelci lo fasygu'e

Oui je n'ai pas placé la France dans le bricfa, parce que la France est le x3 de klama et le x2 de nelci

na et nai

Bon le lojban c'est une langue logique, du coup il y a un paquet de connecteurs... logiques oui. Mais du coup le lojban est un peu efficace quand même, donc on va rajouter un préfixe (na), un suffixe (nai) et bam on a triplé le nombre de connecteurs :

Si on ajoute na devant l'un quelconque des précédents connecteurs logique et {x1} devient {non x1}.

mi klama lo dotygu'e na.e lo mergu'e = Je suis allé pas en Allemagne, et aux Etats-Unis = Je ne suis pas allé en Allemagne, je suis allé

mi klama lo dotygu'e na.a lo mergu'e = Je suis allé pas en Allemagne ou aux Etats-Unis = Si je suis allé en Allemagne alors je suis allé aux Etats-Unis, mais je suis peut-être allé aux Etats-Unis sans être aller en Allemagne.

mi klama lo dotygu'e na.o lo mergu'e = Je suis allé pas en Allemagne si et seulement si je suis allé aux Etats-Unis. C'est un ou exclusif (XOR).

mi klama lo dotygu'e na.u lo mergu'e = Je ne suis pas allé en Allemagne, que je sois allé ou non aux Etats-Unis.

Si on ajoute nai à la suite d'un connecteur logique {x2} devient {non x2}

mi klama lo dotygu'e .enai lo mergu'e = Je suis allé en Allemagne et pas aux Etats-Unis.

etc.

On peut utiliser na et nai en même temps :

mi klama lo dotygu'e na.enai lo mergu'e = Je ne suis allé ni en Allemagne, ni aux Etats-Unis.

etc.

Et ça marche pareil pour tous les type de connecteurs. Evidemment il y a des redondances, mais ce n'est pas grave.

demander un connecteur logique

pendorid rencontre le tigre blanc ou le tigre orange ? pendorid rencontre ou lèche le tigre orange ? pendorid est un animal étrange ou joueur ?

Et bien on va être consistant, on va utiliser des mots qui demande qu'est-ce qui remplit cette emplacement, comme avec ma et mo

la pendorid penmi lo blabi tirxu ji lo narju tirxu vous répondez en remplaçant ji par na.e ou bien vous répondez juste na.e

la pendorid lo narju tirxu cu penmi gi'i tacpe'u vous répondez en remplaçant gi'i par gi'e ou bien vous répondez juste gi'e

la pendorid cizra je'i kelci danlu vous répondez en remplaçant je'i par je ou bien vous répondez juste je

Test

Ecouter deux ou trois cet enregistrement : About this sound ko penmi lo jbovelcli  Ensuite seulement faîtes ce test.

{

ko penmi lo jbovelcli

ni'o la .pendorid. citka ui lo titranti noi titla je ranti ku'o gi'e zvati ne'a lo minji poi ke'a mencre .i lo minji cu djica lo du'u la .pendorid. lo jbovelcli cu klama gi'e tacpe'u .i la .pendorid. djica lo du'u py. citka lo titranti semu'i lo nu la .pendorid. gleki .i mu'i lo nu la .pendorid. nelci lo minji .a lo jbovelcli kei la .pendorid. klama lo jbovelcli .i la .pendorid. lo jbovelcli cu klama jo tacpe'u seni'i lo nu la .pendorid. tacpe'u lo jbovelcli

ni'o lo jbovelcli cu nelci lodu'u klama fo la .kanat. kei .a lodu'u se kelci la .pendorid. .u'i .i lo jbovelcli cu gleki lonu la .pendorid. zvati .u lonu la .pendorid. cizra .ije za'a lo jbovelcli cu cizra .i lo jbovelcli cu ctuca fo lo bangu noi melbi jeku'i logji .ije lo jbovelcli cu mutce klama fo la .kanat. .ije lo jbovelcli cu mutce nelci lo pendo bukpu .iku'i lo jbovelcli cu to'e tavla fi lo pendo bukpu

ni'o lo jbovelcli noi la .pendorid kelci ke'a cu xunbi'o .i la .pendorid. sutra bajra lo dargu .ije la .pendorid. lo jbovelcli cu cliva gi'e xrukla .i lo jbovelcli cu djica lo du'u xrukla la .natca. .e lo pendo bukpu kei semu'i lo nu lo jbovelcli cu badri .i ki'u lo nu la .pendorid. nelci lo jbovelcli kei la .pendorid. lo jbovelcli cu tacpe'u gi'e batci gi'e sutra cliva

ni'o lo jbovelcli cu gleki lonu la .pendorid. cu mencre gi'a mutce kelci .i lo jbovelcli cu xrukla lo tadni poi melbi bangu

1

la .pendorid. mo lo titranti

to'e nelci
sutra je klama
mutce jo klama
citka je nelci

2

lo jbovelcli cu to'e tavla fo ma

la .pendorid.
la .kanat.
lo pendo bukpu
lo tcadu

3

la .pendorid. lo jbovelcli cu cliva gi'i xrukla

gi'a
gi'onai
nagi'a
gi'e

4

la .pendorid. cu mencre gi'i mutce kelci

gi'enai
gi'a
gi'o
nagi'u

5

la .pendorid. nelci lo minji ji lo jbovelcli

ja
jenai
jonai
naja

6

lo jbovelcli cu djica zo'e semu'i ma

lo blabi ja narju tirxu cu xrukla lo cicricfoi
la .pendorid. cliva
lo nu la jbovelcli badri
lo nu mi tatpi

Reprise du 29/04/2014

About this sound la .pendorid senva 

la .pendorid. senva lo titranti noi dasni lo pendo bukpu

ni'o la .pendorid. xamgu sipna je senva .i la .pendorid. lo titranti .ui cu senva gi'e nelci .i lo titranti noi la .pendorid. senva ke'a ku'o cu cizra ki'u lo nu lo titranti cu dasni ue lo pendo bukpu ku uesai

ko'a marji lo spati

ni'o ko'a cizra je cadzu gi'e tavla je pensi .ije ko'a marji lo spati .i ue ko'a ja'a marji lo spati .i la .pendorid. ko'a penmi seni'i lo nu la .pendorid. tacpe'u ko'a .i ko'a na titranti .i ko'a marji lo spati

ni'o ko'a noi catlu la .pendorid. cu pensi lo sedu'u ko'a marji lo rectu ue gi'e catlu mi kei .e lo sedu'u ju'o cu'i ko'a pensi uesai

la .pendorid. xargau lo tirxu

ni'o la .pendorid. troci lo nu xargau lo tirxu poi prane .i lo pamoi tirxu cu blabi mu'i lo su'u lo blabi cu prane .iku'i lo remna cu se pinfu lo pamoi tirxu ki'u lo nu lo remna cu nelci lo rirci

ni'o lo remoi tirxu cu narju seki'u lo nu lo tirxu cu na pinfu lo remna .iku'i lo narju tirxu cu mutce cadzu gi'e klama lo se nelci cicricfoi

ni'o la .pendorid. xargau lo cimoi tirxu noi nenri lo mudri tanxe .ije lo cimoi tirxu cu mrobi'o ni'i lo nu lo tirxu cu nitcu lo vacri

ni'o lo remoi tanxe cu se canko .i zo .eruin. cmene lo vomoi tirxu .i la .pendorid. na catla la .eruin. ja'e lo su'u lo tirxu cu zasti gi'e na zasti kei uesai

Reprise du 20/05/2014

be,bei,be'o

be fonctionne très simplement, mais n'a pas d'équivalent en français, parce qu'il utilise la structure de position des selbri.

Ressources externes

Le vocabulaire sur memrise

Le vocabulaire dans un google doc

Notes

  1. Ce texte n'a aucune valeur historique